Inf’OSE Janvier 2018

L’année 2018 sera-t- elle celle des énergies fossiles ? La question parait volontairement provocatrice à l‘heure où les énergies renouvelables occupent largement l’espace médiatique et font l’objet d’un engouement vigoureux de la part des universitaires. Si notre regard s’arrête aux frontières de l’hexagone et de son mix électrique bien moins carboné que celui de ses voisins, la question semble même ne pas se poser. Pourtant, le pétrole, le gaz naturel et le charbon représentent 86% de l’énergie consommée dans le monde. En offrant un accès bon marché à un bien indispensable à tout individu, ces énergies n’ont pour le moment pas trouvé de concurrents à leur taille. Les pays en développement ne pourront pas se permettre de faire l’impasse sur la compétitivité de leurs industries malgré des problématiques environnementales désormais indiscutables. En Europe, alors que les politiques sont plus que jamais volontaristes en la matière, le charbon peine à réduire sa part et reste garant de plusieurs milliers d ’emplois miniers. L’industrie pétrolière se relève du contre – choc qu’elle a subi et profite de la douce remontée des prix pour faire foisonner les projets gaziers sur tous les continents. Cette hausse pourrait toutefois profiter aux énergies alternatives dont le coût ne cesse de baisser. Sans rediscuter la nécessité absolue de réduire nos émissions, ce numéro propose un point de vue éclairé sur la situation énergétique mondiale. Et si le monde n’avait finalement pas encore réalisé l’urgence de sa situation ?

Toute la promotion vous souhaite une bonne année 2018 et une bonne lecture !

Louis POLLEUX

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *